lundi 18 septembre 2017

Frost, de Šarūnas Bartas (2017)

frost.jpg

Incertitudes en correspondance

Frost est un film très étrange, dans sa forme surtout. Un film aux contours flous et sciemment entretenus comme tels. Un peu trop, sans doute. Tellement flou qu'il est rythmé par une série ininterrompue de questions qui ne trouveront que très rarement de réponses claires et précises. Tellement flou qu'à la fin du film, au terme d'un travelling vertical s'élevant dans les nuages au-dessus d'un corps inanimé dans une zone de combat enneigée, au cœur du Donbass ukrainien, on ne sait toujours pas s'il s'agit du portrait évasif à l'extrême d'un couple de jeunes lituaniens, Rokas et Inga, et de leur implication dans une mission humanitaire, ou bien s'il s'agit d'une chronique de guerre sur le conflit qui agite l'Est de l'Ukraine depuis 2014 entre l'armée ukrainienne et les forces séparatistes pro-russes. L'inconfort qui en résulte, présent dès le début à travers une présentation très parcellaire des lieux, des événements, des enjeux et des personnages, se transforme peu à peu en choix artistique intelligible, acceptable, qui pourra (ou non) porter ses fruits.

Rokas, un jeune lituanien dont on ne saura rien de plus que ce qui intervient dans le strict cadre temporel du récit, se retrouve au tout début du film embarqué dans une mission humanitaire incertaine en direction de l'Ukraine. Quelles sont ses motivations ? Ses contraintes ? On n'en saura strictement rien.

Il est accompagné d'une jeune femme, Inga, dont le contexte sera tout aussi évasif. Quelle relation unit les deux ? On n'en saura rien, ou pas grand chose. Seulement quelques éléments nous sont donnés, au détour de certaines discussions sur l'amour et la jalousie, au détour de certains regards, permettant de penser qu'il y a probablement une vague histoire d'amour qui se trame.

Leur mission passe par une étape dans une ville polonaise éloignée des conflits, à la rencontre d'un certain Andrzej (et de Vanessa Paradis, une journaliste de guerre dans le film, dont le temps de présence à l'écran doit se limiter à quelques minutes). Qui est cet homme, quel est son rôle dans la logistique de la mission ? On n'en saura quasiment rien, si ce n'est qu'il doit probablement être impliqué dans la coordination. Mais c'est à l'image de la mission humanitaire elle-même : qu'y a-t-il vraiment dans la fourgonnette ? Des vêtements, des chaussures et du matériel de secours comme Rokas l'affirme plusieurs fois aux contrôles ? Ou bien une cargaison d'armes ? Et surtout, où doivent-ils aller livrer cela, précisément ? On n'en sait rien, et on ne peut que deviner, interpréter, extrapoler.

L'incertitude extra-diégétique rejoint étrangement celle qui régit l'existence des deux protagonistes dans le récit. Et l'enjeu de Frost se trouve sans doute dans cette correspondance-là.

duo.jpg

vendredi 15 septembre 2017

Gimme The Loot, d'Adam Leon (2012)

gimme_the_loot.jpg

Le charme de l'imparfait Il se dégage de ce film quelque chose d'éminemment sympathique. On peut très vite et très facilement pointer du doigt les défauts, les limitations du projet, voire même sa vanité dans le cas où on ne serait pas emporté par le mouvement. Mais bien qu'il n'y ait pas de  […]

Lire la suite

mercredi 13 septembre 2017

Girls In The Garage, Volume 1 (1987)

Encore une belle compilation de Garage, qui offre une jolie diversité de voix féminines issues des 60s, dans un registre assez large : tout n'est pas de l'ordre du Garage pur jus, on oscille aussi entre Rockab, Pop et Rhythm And Blues. Un petit extrait du Volume 1, sorti en 1987, avec The Belles :  […]

Lire la suite

dimanche 10 septembre 2017

Le rapport de Brodeck, par Manu Larcenet (2015)

C'est une parfaite découverte pour moi car je ne connaissais ni Philippe Claudel et son roman Le rapport de Brodeck (2007), ni le dessinateur Manu Larcenet qui l'a adapté en bande-dessinée en deux tomes : L'autre en 2015, suivi de L'indicible en 2016. Sortis de l'étagère d'une bibliothèque où ils  […]

Lire la suite

lundi 04 septembre 2017

El Dorado, de Howard Hawks (1966)

el_dorado.jpg

"I'm lookin' at a tin star with a drunk pinned on it." Il y aurait de quoi trouver El Dorado très paresseux, comme un remake mal dégrossi de l'excellent Rio Bravo du même Howard Hawks sorti presque dix ans plus tôt. Les ressemblances sont bien trop nombreuses pour ne pas les envisager  […]

Lire la suite

jeudi 31 août 2017

Le paradoxe de Fermi, de Jean-Pierre Boudine (2015)

Jean-Pierre Boudine, professeur de mathématiques français, fait sa première incursion dans la SF en écrivant en 2002 une première version de ce court roman. Treize ans après, en 2015, l'auteur a ajouté certains développements au récit qui sont directement inspirés de notre histoire récente (crise  […]

Lire la suite

mercredi 30 août 2017

Le Nouveau Monde, de Jan Troell (1972)

nouveau_monde.jpg

Dernière lettre pour la Suède Le Nouveau Monde reprend l'action du premier film du diptyque adapté de Vilhelm Moberg, Les Émigrants (lire le billet), exactement là où il l'avait laissée : un groupe d'émigrés suédois, principalement centré sur la famille de Max von Sydow et Liv Ullmann, arrivent sur  […]

Lire la suite

vendredi 25 août 2017

Green Onions, de Booker T. & The M.G.'s (1962)

Green Onions.jpg

Avec son orgue groovy à souhait et ses accès de guitare électrique bien sentis, la chanson-titre Green Onions envoie du bois. Le reste de l'album, instrumental (comme le reste des productions de Booker T. & The M.G.'s qui était l'orchestre rattaché au label américain Stax), fait par contre un  […]

Lire la suite

lundi 21 août 2017

Montesquiou on the Rock's — On remet ça

montesquiou_A.jpg

Ah, le Gers. Son festival Jazz in Marciac, ses routes nationales vallonnées, ses paysages bucoliques, ses parcelles agroforestières, sa gastronomie gasconne à base de canard et de porc noir de Bigorre, ses grippes aviaires, son madiran, son pousse-rapière, sa vue imprenable sur la chaîne des  […]

Lire la suite

mercredi 16 août 2017

Les Émigrants, de Jan Troell (1971)

emigrants.jpg

Une histoire de déracinement Regarder Les Émigrants après Pelle le conquérant, sur le thème de l'émigration, c'est un peu comme regarder Blue Collar après Selma, sur celui de la ségrégation : les sujets ont beau avoir une zone de recouvrement non-négligeable, le traitement et le recul qu'ils  […]

Lire la suite

- page 1 de 57